Positionnement

Le numérique en éducation constitue un domaine de recherche dans lequel les disciplines s’articulent plus ou moins étroitement les unes aux autres depuis la conception d’environnements numériques d’apprentissage jusqu’à l’étude des usages numériques (Baron, 2014). Le travail du collectif Kairos s’inscrit dans cette dernière thématique.

À l’origine de cette approche se trouve le constat que l’étude des usages numériques éducatifs s’est principalement articulée autour de l’enseignement et de l’apprentissage en contexte institutionnel (Bayne, 2014; Erstad et Arnseth, 2013; Ito et al., 2013), notamment en vue d’en mesurer l’impact (Eynon, 2012). Complémentairement à ces études, d’autres courants de recherche ont pour objectif d’appréhender le numérique dans une relation dynamique aux acteurs éducatifs au sein des contextes sociaux et culturels.

Le collectif Kairos postule qu’une approche sociocritique permet de prendre en compte des enjeux connexes à l’enseignement et à l’apprentissage. Bien qu’elle ait de multiples origines et qu’elle ne soit ni uniforme ni homogène, des jalons d’une approche sociocritique ont  été posés dans les disciplines s’intéressant aux relations entre la technique et la société. Elle apparaît également dans les travaux de plusieurs chercheurs œuvrant dans le domaine du numérique en éducation (Albero, 2009; Beynon et al., 1989; Bruillard, 2011; Bulfin et al., 2015; Chaptal, 2003; Collin, Guichon et Ntebutse, 2015; Cuban, 1993; Dieuzeide, 1982; Jacquinot, 1981; Moeglin, 1993; Selwyn, 2010), sans qu’on puisse toutefois parler d’une tradition établie.

Dans le but de poursuivre la réflexion, le collectif Kairos s’attèle à mobiliser différentes disciplines afin de penser l’étude des usages numériques éducatifs de manière intégrative. Notre réflexion se positionne au carrefour de plusieurs domaines de recherche qu’il est possible de regrouper comme suit:

  1. le domaine du numérique en éducation, qui a peu formalisé les liens entre les contextes institutionnels et non institutionnels d’apprentissage (Fluckiger, 2012 ; Selwyn, 2010);
  2. les diverses disciplines s’intéressant aux usages numériques hors de l’éducation (sociologie des usages, géographie, information et communication, etc.), qui ont peu exploré les dimensions éducatives des usages numériques des individus;
  3. les théories critiques de la technique, qui n’ont que parcimonieusement nourri le domaine du numérique en éducation (Bigum et al., 2014 ; De Castell et al., 2002).